La Voix de l’Ain – Des habitants, vent debout contre… les éoliennes ! (20/12/19)

Cruzilles-lès-Mépillat – Le débat imprègne les prochaines élections municipales.

A Cruzilles-lès-Mépillat, un projet controversé (un élevage de 30 000 poules pondeuses) sort à peine de terre, qu’un autre sujet brûlant divise les 854 habitants. La Compagnie Nationale du Rhône (CNR) va lancer l’année prochaine, les études d’impact liées à l’implantation d’un petit parc éolien dans le hameau Champ Burdin, au sud du village. Trois à quatre mâts d’une hauteur de 200 mètres, surmontés de larges pales, pourraient s’élever dans le ciel local d’ici 2 ou 3 ans pour produire de l’électricité avec la force du vent. Selon Nicolas Gay, en charge du développement des énergies nouvelles renouvelables pour l’entreprise publique, l’investissement avoisinerait la somme de 10 millions d’euros, et la production de ce parc correspondrait aux besoins de 10 000 habitants.

Le projet a l’aval du conseil municipal, « ce qui est un point essentiel pour l’engagement du projet », insiste le responsable de la CNR. Ecologiste de longue date, ex-militant de Génération écologie, le maire Christian Lay considère comme « un devoir moral » pour sa commune, qui est engagée dans un plan d’actions pour le développement durable (Agenda 21), « de promouvoir les énergies renouvelables ». A Cruzilles, le toit de l’église est recouvert de panneaux solaires.

Les opposants s’organisent

Le 14 octobre dernier, l’assemblée municipale a approuvé une délibération autorisant les études de faisabilité du parc éolien. « Mais, fait remarquer Corinne Weber, une opposant à l’implantation des éoliennes, seuls 8 élus sur 15 étaient présents. Et il y a eu 5 voix pour et 3 voix contre ». Autrement dit, le vote masque le dissensus au sein même du conseil. Un élu a d’ailleurs annoncé sa candidature pour les prochaines élections municipales, à la tête d’une liste qui pourrait donner écho aux opposants au projet, nombreux parmi les habitants. Ces derniers ont constitué récemment une association, Don Quichotte 01. Ce mardi 17 décembre après-midi, une dizaine de ces membres tenaient un stand devant la salle communale, où la CNR et la mairie organisaient une nouvelle présentation du projet (il y en a déjà eu une en juin), avec l’appui de l’Agence Locale de l’Energie et du Climat (ALEC) de l’Ain. Un technicien de cette dernière et trois représentants de l’entreprise répondaient aux questions des habitants venus s’informer, pendant que dehors, Don Quichotte 01 enregistrait de nouveaux ralliements à son combat. « Nous avons engagé un bras de fer avec le maire », reconnaît Michel Piguet, le président de l’association. Cet entrepreneur en retraite réside au hameau de Boissey, où une quarantaine d’habitations sont situées à proximité de la zone d’implantation des éoliennes, soit entre 500 et 1500 mètres de distance. Lui et ses voisins redoutent les nuisances du projet. Il y a les gênes directes, comme le bruit et « l’effet stroboscopique de l’ombre par alternance rapide de soleil et d’ombre provoquée par le passage des pales devant le mât », qui pourraient être sources de stress, de troubles du sommeil, de problèmes de santé pour les humains et les animaux des élevages proches (il y a un haras et un producteur de volailles de Bresse notamment). Christian vit à 800 mètres du site d’implantation, et souffre d’acouphènes. Il redoute le chuchotement obsédant des pales. Et il y aura les nuisances indirectes, selon ces opposants, au premier rang desquelles se trouve la dépréciation des biens immobiliers. « On va perdre au moins 30 % de la valeur de nos maisons », calcule Michel Piguet.

Les opposants au parc éolien se sont constitués en association. Elle se nomme Don Quichotte 01. Dix jours après sa création, elle comptait 44 adhérents et 48 sympathisants. Mardi 17 décembre, plusieurs militants ont installé un stand devant la salle communale où la CNR expliquait son projet aux habitants. Photo: Philippe Cornaton.

Transparence

En tractant le 12 décembre auprès des habitants du village, le président de Don Quichotte 01 a rencontré des couples ayant emménagé récemment dans un lotissement. « Ils ignoraient l’existence du projet d’éoliennes. En prenant conscience de son impact financier, alors qu’ils ont commencé à rembourser leur prêt sur 25 ans pour certains, ils ont pris un coup sur la tête ! ».

Christian Lay ne nie pas ces inconvénients. Le maire veut avancer dans « ce qui n’est pour l’instant qu’une étude » en toute transparence, en demandant à la CNR de travailler sur le « pire » scénario d’implantation, « pour ne pas tromper les gens ». Un mât de mesure sera installé pour évaluer la puissance et la fréquence des vents, éléments déterminants « pour optimiser l’implantation des éoliennes », affirme Nicolas Gay. Les études porteront aussi sur les impacts pour la faune (chauve-souris notamment) et le paysage, les habitations, les voies d’accès au site, ses raccordements au réseau d’électricité général. « Les résultats seront présentés aux élus et aux habitants », avertit le responsable de la CNR. Un opérateur qui aura fort à faire pour convaincre et éviter de subir le même sort que d’autres promoteurs de l’énergie éolienne, contraints face à l’opposition des habitants de renoncer à leurs projets, à Ozan et à Confrançon.

Philippe Cornaton
Source : La Voix de l’Ain
https://www.lavoixdelain.fr/actualite-40021-cruzilles-les-mepillat-des-habitants-vent-deboutcontre-les-eoliennes

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •